Développer une histoire factice à utiliser dans les enquêtes sous couvert

Lorsque l’on essaie d’obtenir des informations sur une société en utilisant des méthodes sous couvert, il faut décider au cas par cas de la nature de l’histoire factice utilisée en fonction (entre autres) de la nature de la société et des informations principales recherchées. Se faire passer pour un acheteur potentiel est un scénario assez évident, mais une autre option consiste à de se faire passer pour un chercheur universitaire. L’avantage du premier scénario est que la société sera plus encline à donner de son temps si elle sent une vente potentielle. L’inconvénient c’est qu’il est facile de se faire prendre (plus probablement pour quelqu’un qui leur fait perdre leur temps, plutôt que pour un enquêteur) si les détails et le langage utilisés ne sont pas ceux utilisés par la profession. Par contre, il est peu probable que les sociétés (surtout les moins légitimes) soient prêtes à perdre leur temps avec un chercheur universitaire. Mais si elles le font, il n’a pas besoin de prétendre connaître la profession. Des questions évidentes, même directes, peuvent être posées, y compris sur la légalité et la corruption. Il est également moins probable que la personne interrogée exagère ou mente, comme elle pourrait le faire pour impressionner un acheteur potentiel.

Une fois qu’une décision a été prise sur l’histoire à utiliser, les enquêteurs devraient se renseigner pour s’assurer qu’ils peuvent avoir l’air crédible. S’ils se font passer pour des acheteurs, par exemple, ils devront avoir une bonne connaissance du type de produits que les consommateurs pourront acheter et des questions qu’ils peuvent poser raisonnablement sans susciter les suspicions. Souvent un enquêteur se faisant passer pour un acheteur cherchera à obtenir des informations qui ne sont pas normalement requises, telles que l’origine du bois utilisé dans les produits (y compris des copies de documents) ou l’identité des clients. C’est pourquoi de fausses justifications doivent être trouvées pour étayer leur histoire.

Ils devront peut-être aussi étoffer leur identité pour pouvoir expliquer qui ils sont à la société qu’ils contactent. Ils devront peut-être se procurer une adresse email spécifique et potentiellement même créer un faux site Internet. Selon les circonstances dans lesquelles la société a été identifiée, les enquêteurs devront peut-être aussi avoir une histoire prête pour expliquer comment ils ont découvert la société et obtenu les coordonnées utilisées.