9. Dresser la carte des chaînes d’approvisionnement transcontinentales

L’ONG, Environmental Investigation Agency (EIA), a réalisé des entretiens avec les autorités, les ONG et les communautés russes, qui lui ont permis d’établir qu’il existait une exploitation forestière généralisée dans l’Extrême-Orient russe (EOR) et que l’utilisation de documents falsifiés pour blanchir le bois était un secret de polichinelle. L’EIA a analysé les registres des douanes russes, chinoises et américaines et identifié des douzaines de sociétés chinoises exportant vers les États-Unis des planchers en bois construits avec du chêne de ces forêts.

Par la suite, les enquêteurs d’EIA se sont fait passer pour des importateurs pour rencontrer des exportateurs chinois. Ils ont pu interroger 20 exploitants de scieries et fabricants de planchers sur les pratiques d’achat de leurs clients américains. L’une de ces sociétés était une société chinoise de fabrication de planchers appelée Suifenhe Xingjia Economic and Trade Company (Xingjia). Au cours de rencontres sous couvert avec l’EIA, le président et les principaux dirigeants de Xingjia ont décrit un vaste système de récolte illégale dans les forêts de Russie et de corruption des fonctionnaires russes. Xingjia affirmait surexploiter ses propres concessions et blanchir le bois illégal récolté en dehors des limites de ses concessions en utilisant des permis d’abattage. Quatre-vingt-dix pour cent de sa matière première provient apparemment d’autres fournisseurs à haut risque de l’EOR. Après des recherches plus poussées, l’EIA a révélé que ces fournisseurs avaient fait l’objet d’enquêtes de police et même de poursuites judiciaires couronnées de succès, pour leur implication dans l’exploitation illégale des forêts.

En examinant les chiffres du commerce et en organisant des réunions sous couvert en se faisant passer pour des acheteurs potentiels, l’EIA a établi que le plus gros client de Xingjia était la société américaine, Lumber Liquidators. Cette dernière est de son côté le détaillant spécialisé en bois durs le plus important des États-Unis. L’enquête a permis de lancer des poursuites judiciaires en vertu de la loi Lacey. En octobre 2015, la société a accepté de plaider coupable de violations prévues par la loi. Lumber Liquidators a accepté de payer une amende de 13,2 million de dollars américains et a été soumis à un rigoureux plan de conformité environnementale pendant cinq ans.[i]

[i] http://www.wri.org/blog/2015/10/13-million-fine-lumber-liquidators-shows-us-lacey-acts-clout