10. Des réunions sous couvert permettent de dévoiler la corruption

En 2004, l’ONG EIA et Telapak Indonesia ont découvert un commerce illégal de grumes de merbau de Papouasie indonésienne, d’une valeur d’un milliard de dollars américains. Leur enquête leur a permis de suivre la chaîne d’approvisionnement vers la Chine et les États-Unis.[i]

Les grumes étaient prélevées illégalement et exportées en contravention de l’interdiction sur les exportations existant dans le pays, puis transformées en Chine pour faire des planchers à forte valeur commerciale. Les grumes étaient exportées clandestinement et leur origine déguisée à l’arrivée en Chine grâce à des syndicats internationaux complexes dans lesquels intervenaient des fonctionnaires indonésiens corrompus et des courtiers de Singapour et Hong Kong.

L’EIA a mené des enquêtes sur le terrain pour rendre compte des infractions à la source, en réalisant des missions d’observation et des entretiens avec les communautés affectées. L’étendue et le mode opératoire de ce trafic de grumes entre l’Indonésie et la Chine, ainsi que l’identité de personnes clés impliquées, ont pu être dévoilés principalement grâce à des réunions sous couvert avec des commerçants de grumes à Jakarta, Singapour et Hong Kong, identifiés grâce aux recherches sur les plateformes de commerce en ligne. Ce travail a été étayé en comparant les données commerciales indonésiennes, malaisiennes et chinoises et en menant des recherches approfondies sur les saisies de vaisseaux participant au trafic de grumes. Les liens de la chaîne d’approvisionnement avec les États-Unis ont été établis grâce à des visites sous couvert chez les fabricants chinois et l’analyse des registres de marchandises aux États-Unis.

Le rapport a conduit le gouvernement indonésien à prendre des mesures répressives sans précédent contre l’exploitation illégale en Papouasie, qui ont conduit au déploiement d’une force d’intervention de 1 500 personnes et à la saisie de 400 000 mètres cubes de bois. Avec l’épuisement des stocks illégaux, le prix du bois de merbau a doublé, en Chine, en l’espace de quelques mois.[ii]

[i] EIA/Telepak Indonesia, ‘The Last Frontier: Illegal Logging in Papua and China’s Massive Timber Theft’, February 2005, http://www.eia-international.org/wp-content/uploads/The-Last-Frontier.pdf

[ii] EIA/Telapak Indonesia, ‘Rogue Traders: The Murky Business of Merbau Timber Smuggling in Indonesia’, August 2010, http://eia-global.org/images/uploads/Rouge_Traders.pdf